SEXE: EJACULATION PRECOCE

Publié le par docteur mailler

SEXE: EJACULATION PRECOCE

SEXE : L’EJACULATION PRECOCE

L’éjaculation est l’expulsion du sperme le plus souvent accompagnant un orgasme.

Chez l’homme, elle s’accomplit en deux phases :

- dans un premier temps, les canaux déférents, les vésicules séminales et la prostate se se contractent en expulsant le sperme vers la base de l’urètre, ce qui provoque une tension de cette région. Cette étape est ressentie par l’homme comme un point de non retour, l’orgasme va se produire.

- Puis l’expulsion du sperme : un muscle situé autour de la base de la verge et de l’anus, se contracte par saccades ; le sperme est expulsé par le méat urétral, le col de la vessie fermé.

Le volume normal d’une éjaculation est compris entre 2 et 6 ml.

L’éjaculation précoce est l’éjaculation qui arrive toujours ou presque toujours environ 1minute après l’ intromission du pénis avec l’impossibilité de retarder et le sentiment d’insatisfaction, de frustration d’un des partenaires.

On distingue dans les études deux profils : des hommes à prédominance émotionnelle forte et des hommes à forte libido.

Les causes peuvent être :

relationnelles : dues au stress, à des problèmes au sein du couple, à la volonté d’être « performant » lors des rapports sexuels…

organiques : pathologies prostatiques, hyperthyroïdie, phimosis, frein trop court…

Pharmacologiques : sevrage aux opiacés..

TRAITEMENT :

LA DAPOXETINE (PRILIGY)

Le Priligy est un traitement contre l'éjaculation précoce (EP) chez les hommes âgés de 18 à 64 ans.

PRILIGY doit uniquement être prescrit aux patients regroupant tous les critères suivants :

temps de latence d'éjaculation intravaginale inférieur à deux minutes

et éjaculation qui, de façon permanente ou récurrente, survient avec une stimulation sexuelle minimale, avant, pendant ou peu de temps après la pénétration, et avant que le patient ne le souhaite, souffrance personnelle importante ou difficultés interpersonnelles comme conséquence de l'EP,

mauvais contrôle de l'éjaculation,

antécédents d'éjaculation précoce dans la majorité des rapports sexuels au cours des 6 derniers mois.

PRILIGY doit être administré uniquement comme un traitement à la demande avant une activité sexuelle prévue.


Les patients doivent être informés de ne pas utiliser PRILIGY en association avec des drogues récréatives (kétamine, MDMA [méthylène-dioxy-méthylamphétamine], LSD, etc.), ni avec de l'alcool.

Le traitement par PRILIGY doit initié à la dose de 30 mg. Si la réponse du patient est insuffisante, la dose pourrait être augmentée à une dose maximale recommandée de 60 mg, prise selon les besoins environ 1 à 3 heures avant l'activité sexuelle.

Si le patient a présenté des réactions orthostatiques à la dose initiale, aucune augmentation de dose à 60 mg ne doit être réalisée.

Une évaluation minutieuse du bénéfice risque individuel de PRILIGY doit être effectuée par le médecin après les quatre premières semaines de traitement (ou au moins après 6 doses de traitement).

L'agent actif le dapoxetine permet de retarder l'éjaculation, il est actif 30 min après la prise, reste actif pendant 4 heures.

La dapoxétine est un Inhibiteurs Sélectifs de la Recapture de la Sérotonine (ISRS). Priligy a d'abord été développé en tant qu'antidépresseur.

Les comprimés doivent être avalés entiers pour éviter leur goût amer. Ils peuvent être pris avec ou sans nourriture.

Ne prenez jamais plus d'une dose de Priligy par jour.

Ne buvez pas d'alcool lorsque vous prenez Priligy car il peut renforcer les effets de l'alcool en donnant des vertiges et en réduisant les réflexes. Vous êtes même susceptible de vous évanouir si vous prenez de l'alcool après un comprimé de Priligy.

Contre-indications :

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients.

Affections cardiaques pathologiques significatives telles que : Insuffisance cardiaque; anomalies de la conduction telles que bloc auriculo-ventriculaire ou dysfonctionnement sinusal ; cardiopathie ischémique significative ; valvulopathie significative ; un antécédent de syncope. Antécédent de manie ou de dépression sévère.

Traitement concomitant par des inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO), ou dans les 14 jours suivant l’arrêt du traitement par un IMAO. De même, aucun IMAO ne doit être administré dans les 7 jours suivant l’arrêt du traitement par PRILIGY

PRILIGY ne doit pas être utilisé chez les patients ayant des antécédents de manie/hypomanie ou de troubles bipolaires,et doit être interrompu chez tout patient qui développe les symptômes de ces troubles.

Traitement concomitant par la thioridazine, ou dans les 14 jours suivant l’arrêt du traitement par la thioridazine.

De même, la thioridazine ne doit pas être administrée dans les 7 jours suivant l’arrêt du traitement par PRILIGY .

Traitement concomitant par des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN), antidépresseurs tricycliques ou par d’autres médicaments/produits à base de plantes ayant des effets sérotoninergiques [par exemple, L-tryptophane, triptans, tramadol, linézolide, lithium, millepertuis (Hypericum perforatum)] ou dans les 14 jours suivant l’arrêt du traitement par ces médicaments/produits à base de plantes. De même, ces médicaments/produits à base de plante ne doivent pas être administrés dans les 7 jours suivant l’arrêt du traitement par PRILIGY

Traitement concomitant par des inhibiteurs puissants du CYP3A4 tels que lekétoconazole, l’itraconazole, le ritonavir, le saquinavir, la télithromycine, la néfazodone, le nelfi navir, l’atazanavir, etc.

AUTRES TRAITEMENT

SEXOTHERAPIE

Méthode du Squeezing

Méthode du STOP and GO

Publié dans urologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :