INHIBITION DE LA LACTATION :l'AROLAC

Publié le par docteur mailler

INHIBITION DE LA LACTATION :l'AROLAC

La prescription de Bromocriptine 2.5 dans l’inhibition de la lactation en post-partum n'a plus sa place.

Les traitements pharmacologiques inhibiteurs de la lactation ne doivent plus être systématiques.

Ils doivent être uniquement utilisés pour prévenir ou supprimer la lactation en post-partum POUR RAISONS MEDICALES.
Les raisons médicales sont par exemple: le décés intra-utérin, le décés néonatal, l'infection VIH de la mère...

On doit utiliser en priorité un support ferme de la poitrine, appliquer de la glace, utiliser des analgésiques simples pour inhiber la lactation en routine, ou pour soulager les douleurs post-partum de l'engorgement.

Le lisuride « AROLAC » ou la cabergoline « Dostinex » doivent être privilégiés en cas de recours aux traitements pharmacologiques.

Exemple de prescription : L’AROLAC

Il s’agit d’un agoniste dopaminergique à action centrale prédominante. Il freine la secrétion de la prolactine.

Posologie : 1 cp le soir à J1 puis 1 cp 2 x par jour à J2 jusqu’au 4 ème jour après l’arrêt de la secrétion lactée.

Eviter la prescription d’Arolac en cas d’HTA non contrôlée, d’insuffisance coronarienne, d’antécédents de troubles psychiques ou psychiatriques.

Ne pas associer avec des neuroleptiques antiémétiques et antipsychotiques (sauf clozapine), ni avec la phénylpropanolamine.

En cas de symptomatologie mammaire inflammatoire : l’arrêt de la prise d’Arolac se fait dès amélioration des symptômes. Il est généralement possible de reprendre aussitôt l’allaitement.

Pour l’arrêt de la montée laiteuse, il faut le traitement dès l’accouchement à 2cp par jour pendant 14 j.

Publié dans gynécologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :