ALLERGIE AU GLUTEN - HYPERSENSIBILITE AU GLUTEN

Publié le par docteur mailler

ALLERGIE AU GLUTEN - HYPERSENSIBILITE AU GLUTEN

HYPERSENSIBILITE AU GLUTEN

Il s'agit souvent simplement d'un syndrôme de l'intestin irritable.

Il ne faut pas confondre l'allergie au gluten (maladie coeliaque) et l'hypersensibilité au gluten qui concernerait entre 3 et 6% des adultes.

L'existence même de la notion d'Hypersensibilité au gluten reste contestée et discutée...

Certains avancent que cette Hypersensibilté au gluten pourrait être une sorte de maladie coeliaque séronégative latente.

Très en vogue, lorsqu'une hypersensibilité est évoquée il faut éliminer en priorité une maladie coeliaque ou une allergie au blé (IgE-médiée).

L'HYPERSENSIBILITE AU GLUTEN

Le diagnostic est clinique

Il n'y a pas de marqueur biologique

SIGNES DIGESTIFS:

Ballonements, diarrhées chroniques, douleurs abdominales, fatigabilité, irritabilité...

SIGNES EXTRA-DIGESTIFS:

Pas de retard staturo-pondéral

Aphtose, arthralgies, céphalées, trouble de l'attention, lésions dermatologiques aspécifiques...

Il est possible que ces troubles ne soient pas en lien avec le gluten mais avec d'autres composants du blé.

Un régime pauvre en FODMAPs (Fermentable Oligo Di Mono saccharides And Polyols) peut être proposé par une diététicienne pendant 4 à 6 semaines, puis si ce régime est inefficace, supprimer le gluten.

Le régime peut également avoir un effet placebo.

De nombreux adultes constatent une amélioration de leurs troubles digestifs après éviction du gluten.

Il faut rappeler également la possible nocivité d'un régime sans gluten "sauvage": onéreux, pourvoyeur de carences, désocialisant et perturbant le microbiote intestinal.

L'INTESTIN IRRITABLE

Affection multi-factorielle avec Hypersensibilité viscérale (abaissement du seuil de la sensibilité périphérique, hyperexcitabilité du système nerveux central) et anomalies de la motricité digestive (constipation, diarrhées, gaz).

Le stress chronique a des effets sur la fonction digestive avec des modification de la sensibilité, une inflammation locale, une modification de la motricité et de la perméabilité intestinale. Des perturbations de la flore intestinale peuvent aussi entrer en ligne de compte (colonies bactériennes plus aptes à produire du H2s, par exemple).

CLINIQUE

Présence depuis au moins 6 mois d’une douleur abdominale ou d’un inconfort digestif, survenant au moins 3 jours par mois durant les 3 derniers mois, associée à au moins 2 des critères suivants :

amélioration à la défécation / douleur survenue suite à une modification de la fréquence des selles/ douleur survenue à une modification de la consistance des selles

L’intestin irritable peut être à constipation prédominante, à diarrhée prédominante, ou à alternance diarrhée-constipation.

QUAND FAUT-IL REALISER UNE COLOSCOPIE ?

Si on retrouve du sang dans les selles.

Si il y a des antécédents familiaux de cancers colorectaux ou de polypes chez des parents du premier degré.

Si on a un forme diarrhéique, on réalise une FOGD, on fera alors des biopsies à la recherche d’une atrophie villositaire (maladie coeliaque), des biopsies coliques.

TRAITEMENT DE PREMIERE LIGNE

ANTISPASMODIQUE

Debridat - Dicetel – Météospasmyl – Spasfon - Duspatalin – Bedelix

Traitement à la demande lors des phénomènes douloureux abdominaux paroxystiques.

A titre personnel, j’ai observé également une bonne réponse au Paracétamol simple chez de nombreux patients.

LAXATIF

Lactulose

ANTIDIARRHEIQUE

Lopéramide - Questran (en cas de malabsorption iléale des acides biliaires)

CONSEIL DIETETIQUE

L’attitude actuelle est de préconiser un apport limité en fibres et d’exclure certains aliments. Certaines fibres accentuent la production de gaz. Le Psyllium (ispaghule) a un effet symptomatique.

Certains aliments riches en sucres fructose, fructane, ou sorbitol aggravent la distension intestinale, la fermentation comme les : pommes, poires, pasteques, miel, jus de fruits industriels, sodas, sirop d’érable, avocats, bonbons, chou-fleurs, blé, asperge, chou, brocoli….

Un essai de réduction des lipides peut être également proposé.

TRAITEMENT DU DEUXIEME LIGNE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR (apres avis neurologique)

Gabapentine – Lyrica – Cymbalta

Tofranyl – Anafranyl –Laroxyl ( attention au Glaucome, à l’infarctus du myocarde récent, au seuil épileptogène)

Fluoxétine – Paroxétine à doses faibles sur un essai de 2 mois

TRAITEMENT PROBIOTIQUE

Antibiotique parfois (rifaximine)

TRAITEMENT DU STRESS

Relaxation – Hypnose – psychothérapie -

LA MALADIE COELIAQUE

La maladie coeliaque est une entéropathie inflammatoire chronique auto-immune provoquée par un antigène alimentaire: la gliadine du gluten.

Le traitement repose sur le régime sans gluten.

Le tableau clinique est très variable allant de la forme asymptomatique à la malnutrition sévère.

On retrouve souvent: des douleurs abdominales , une diarrhée chronique, un amaigrissement, des pathologies osseuses, une anémie, une asthénie.....

On recherchera dans le sang, les Ac anti-endomysium et les Ac anti-transglutaminases. Si elles sont positives, une biopsie de l'intestin grêle est décidée.

Seuls les résultats des biopsies du grêle confirment le diagnostic et permet de commencer un régime sans gluten.

Le régime sans gluten induit la disparition des anticorps antiendomysiums et des anti-transglutaminase

Publié dans gastroentérologie

Commenter cet article