LA MALADIE COELIAQUE

Publié le par docteur mailler

LA MALADIE COELIAQUE

La maladie coeliaque est une entéropathie inflammatoire chronique auto-immune provoquée par un antigène alimentaire: la gliadine du gluten chez des sujets ayant une susceptibilité (HLA de classe II DQ2 et/ou DQ8).

L’allergie au gluten n’est pas une maladie coeliaque, c’est une réaction d’hypersensibilté immédiate IgE dépendante.

CLINIQUE

variable allant de la forme asymptomatique à la malnutrition sévère.

On retrouve souvent: des douleurs abdominales , une diarrhée chronique avec stéathorrée, un amaigrissement, une dénutrition, des pathologies osseuses (ostéoporose), une anémie (carence en fer, en folate, en vitamine B12…), une asthénie, des arthralgies, une augmentation en transaminases, aphtose buccale récidivante, alopécies, purpura, déficit en facteur vitamine K dépendant (II, VII et X), hippocratisme digital, des troubles neurologiques (épilepsie, migraine, ataxie, neuropathie périphérique carentielle)…

BIOLOGIE

On recherchera dans le sang les Ac anti-transglutaminases Ig A. ou Ig G si déficit en Ig A. Si elles sont positives, une biopsie de l'intestin grêle est décidée.

PARACLINIQUE

Fibroscopie : une atrophie villositaire intestinale. Seuls les résultats des biopsies du grêle confirment le diagnostic.

COMPLICATIONS

La Sprue Coeliaque Réfractaire :

Résistance au régime sans gluten

Type I : sans anomalie lymphocytaire phénotypique

Type II : avec prolifération clonale des lymphocytes intra-épithéliaux (lymphome de bas grade) :mauvais pronostic 50 % de survie à 5 ans.

Traitement : Corticothérapie prolongée, immunosuppresseur, autogreffe de cellules souches hématopoïétiques (dans le type II).

Lymphome Malin Non Hodgkinien :

Risque relatif

Mauvais pronostic 25% de survie à 5 ans.

Adénocarcinome du grêle, Cancers ORL et Hépatiques

TRAITEMENT

Le régime sans gluten induit la disparition des anticorps antiendomysiums et des anti-transglutaminases.

Eviction de tous les aliments contenant Blé, Orge et Seigle.

Substitution par le Maïs et le Riz (et l’avoine).

Supplémentation en fer, folates, calcium et vitamine D surtout en début de traitement.

Publié dans gastroentérologie

Commenter cet article