TUMEFACTION MAMMAIRE DE L'HOMME : GYNECOMASTIE / CARCINOME

Publié le par docteur mailler

En cas de tumeur Mammaire chez l'homme, REALISER:

  • un bilan biologique

  • une mammographie

  • une échographie mammaire et testiculaire

 

 

ETIOLOGIE

Gynécomastie

Carcinome

Adipomastie: Proéminence mammaire graisseuse /Contexte d' obésité / de lipodystrophie

Lipome

Kyste

Ganglion intramammaire

Abcès (VIH) / Papillome intra-galactophorique

Mastopathie Diabètique

Tumeur Phyllode

Tumeur Bénigne : Lymphangiome / myoblastome / Léiomyome sous-cutané

Ostéochondrome costal

Métastases : prostate / poumon / mélanome

 

LA GYNECOMASTIE

85% des tumeurs mammaires chez l'homme.

 

CLINIQUE

C'est l'augmentation du volume mammaire par hyperplasie bénigne de la glande mammaire.

Tuméfaction rétro-mamelonnaire centrée, non indurée, ferme, élastique, mobile par rapport à la peau et aux plans profonds.

Bilatérale et symétrique: origine hormonale (hyper-oestrogénie relative)

Unilatérale: en faveur d'une étiologie idopathique

+- accompagnée d'une galactorrhée claire ou lactéscente

 

ETIOLOGIE

Idiopathique

Physiologique : nouveau-né / Puberté / sujet âgé de plus de 50 ans

Déficit androgénique: Sd de Klinefelter / Anorchidie / Déficit central hypothalamo-hypophysaire / Pseudohermaphrodisme masculin / Sd de résistance aux androgènes

Production excessive d'hormones femelles : tumeurs testiculaires /Tumeurs surrénaliennes / Germinomes intra-craniens.

Déséquilibre hormonal: Cirrhose / Insuffisance Rénale Chronique / Dysthyroïdie / Dénutrition

Iatrogénie : Stéroides anabolisants / Cannabis / Héroïne / Chimiothérapie / Cimétidine / Spironolactone / Diazépam / Furosémide...

 

TRAITEMENT

Traiter la cause / Abstention Thérapeutique

Injection percutanée d'Andractim / Utilisation locale de Progestogel

Tamoxifène

Chirurgie si non réversible (fibrose)

 

LE CARCINOME MAMMAIRE

 

Rare chez l'homme

Age de survenue vers 60 ans

Sur terrain génétique particulier: Sd de Klinefelter, Antécédents familiaux, mutation BRCA2 (avec risque de néoplasie prostatique) ou RAD51B.

 

Masse dure, indolore, fixée, excentrée avec rétraction mamelonnaire, ulcération cutanée ou écoulement sanglant.

Adenopathies axillaires

Rarement bilatérale (plus fréquent à gauche)

Microbiopsie diagnostique possible

 

Facteur favorisant:

Cirrhose /Ethylisme

radiations ionisantes

Obésité / population noire d'Afrique

Cryptorchidie / Orchite / Traumatismes répétés / orchidectomie

Iatrogénie (digitaline, isoniazide, cimétidine, spironolactone, anti-androgène)

Expositions Professionnelles (Acièrie, Haut-fourneau, laminoir, pétro-chimie)

 

Traitement

Même pronostic à stade égale que le cancer du sein chez la femme

Chirurgie

Radiothérapie

Traitement hormonal (si expression des recepteurs hormonaux)

 

 

 

 

Publié dans divers, urologie, endocrinologie

Commenter cet article