TUMEFACTION MAMMAIRE DE L'HOMME : GYNECOMASTIE / CARCINOME

Publié le par docteur mailler

En cas de tumeur Mammaire chez l'homme, REALISER:

  • un bilan biologique

  • une mammographie

  • une échographie mammaire et testiculaire

 

 

ETIOLOGIE

Gynécomastie

Carcinome

Adipomastie: Proéminence mammaire graisseuse /Contexte d' obésité / de lipodystrophie

Lipome

Kyste

Ganglion intramammaire

Abcès (VIH) / Papillome intra-galactophorique

Mastopathie Diabètique

Tumeur Phyllode

Tumeur Bénigne : Lymphangiome / myoblastome / Léiomyome sous-cutané

Ostéochondrome costal

Métastases : prostate / poumon / mélanome

 

LA GYNECOMASTIE

85% des tumeurs mammaires chez l'homme.

 

CLINIQUE

C'est l'augmentation du volume mammaire par hyperplasie bénigne de la glande mammaire.

Tuméfaction rétro-mamelonnaire centrée, non indurée, ferme, élastique, mobile par rapport à la peau et aux plans profonds.

Bilatérale et symétrique: origine hormonale (hyper-oestrogénie relative)

Unilatérale: en faveur d'une étiologie idopathique

+- accompagnée d'une galactorrhée claire ou lactéscente

 

ETIOLOGIE

Idiopathique

Physiologique : nouveau-né / Puberté / sujet âgé de plus de 50 ans

Déficit androgénique: Sd de Klinefelter / Anorchidie / Déficit central hypothalamo-hypophysaire / Pseudohermaphrodisme masculin / Sd de résistance aux androgènes

Production excessive d'hormones femelles : tumeurs testiculaires /Tumeurs surrénaliennes / Germinomes intra-craniens.

Déséquilibre hormonal: Cirrhose / Insuffisance Rénale Chronique / Dysthyroïdie / Dénutrition

Iatrogénie : Stéroides anabolisants / Cannabis / Héroïne / Chimiothérapie / Cimétidine / Spironolactone / Diazépam / Furosémide...

 

TRAITEMENT

Traiter la cause / Abstention Thérapeutique

Injection percutanée d'Andractim / Utilisation locale de Progestogel

Tamoxifène

Chirurgie si non réversible (fibrose)

 

LE CARCINOME MAMMAIRE

 

Rare chez l'homme

Age de survenue vers 60 ans

Sur terrain génétique particulier: Sd de Klinefelter, Antécédents familiaux, mutation BRCA2 (avec risque de néoplasie prostatique) ou RAD51B.

 

Masse dure, indolore, fixée, excentrée avec rétraction mamelonnaire, ulcération cutanée ou écoulement sanglant.

Adenopathies axillaires

Rarement bilatérale (plus fréquent à gauche)

Microbiopsie diagnostique possible

 

Facteur favorisant:

Cirrhose /Ethylisme

radiations ionisantes

Obésité / population noire d'Afrique

Cryptorchidie / Orchite / Traumatismes répétés / orchidectomie

Iatrogénie (digitaline, isoniazide, cimétidine, spironolactone, anti-androgène)

Expositions Professionnelles (Acièrie, Haut-fourneau, laminoir, pétro-chimie)

 

Traitement

Même pronostic à stade égale que le cancer du sein chez la femme

Chirurgie

Radiothérapie

Traitement hormonal (si expression des recepteurs hormonaux)

 

 

 

 

Publié dans divers, urologie, endocrinologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :