HERPES, HSV1, HSV2: Précisions

Publié le par docteurmailler

La femme est plus exposée que l'homme aux virus herpétiques.

Le HSV (herpes simplex virus) 1 est le virus oro-facial.

Le HSV2 est le virus génital. L'herpes génital est une MST.
De nos jours, la distinction entre HSV1 et HSV2 n'est plus de mise. Les deux virus peuvent affecter toutes les régions cutanéo-muqueuses.
70 à 80 % des adultes seraient positifs à HSV1 et 17% à HSV2, mais 70% des personnes infectées sont asymptomatiques.
 
herpès labial
 
CLINIQUE

Les symptômes peuvent être soit dus à une primo-infection soit dus à des récurrences dont l'intensité, la fréquence sont très variables.

Les récurrences semblent moins fréquentes avec HSV1.

Premièrement : sensations de brûlures, de douleurs, de prurit (démangeaisons)
Une dysurie est possible lors de la primo-infection génitale.
Secondairement : éruption d'un bouquet vésico-pustuleux sur fond érythémateux évoluant sur des érosions, des ulcérations à contour polycyclique.
Le siège des récurrences est fixe pour un même malade. La durée des récurrences est de 8 à 10 jours.
Des adénopathies unilatérales au niveau inguinal pour l'herpes génital sont présentes dans 25% des cas.
Facteurs déclenchants une récurrence:
Traumatisme, exposition solaire (UV), période menstruelle...
Il existe des formes atypiques.

Attention: des excrétions virales asymptomatiques mais contagieuses sont possibles.
 
Femme enceinte:
Attention la transmission du HSV peut être responsable de mort in-utéro du fœtus.
Cette transmission peut se faire par virémie (virus dans le sang) lors d'une primo-infection de la mère ou lors de l'accouchement par contact direct de l'enfant avec les secrétions maternelles.
Si le père de l’enfant a présenté un herpès génital, il faut réaliser une sérologie chez la mère. Si elle n’est pas infectée, le préservatif doit être utilisé tout le long de la grossesse et les rapports oro-génitaux interdits.
Si le père présente une poussée herpétique, les rapports doivent être interdits.
Si la mère est déjà infectée (sérologie positive) avant la grossesse, la transmission par virémie est limitée, par contre il faudra s’entourer de précaution lors de l’accouchement.
 
Au niveau génital un prélèvement est utile pour confirmer la poussée herpétique.
 
TRAITEMENT
Le Valaciclovir  ou l'Aciclovir diminuent de un à deux jours le temps de guérison. Ils n'agissent pas sur le temps des douleurs. Ils permettent une protection néanmoins fœtale. Le Valaciclovir est la pro-drogue de l’Aciclovir.
Les récurrences ne doivent être traitées qu'en cas de gêne importante ou qu'en cas de risque de contamination fœtale.

Les traitements locaux n'ont pas fait la preuve de leur efficacité clinique. Il faut éviter les crèmes corticoïdes, les crèmes antibiotiques, l’alcool, les désinfectants iodés, le permanganate.
Un traitement préventif (valaciclovir) peut être prescrit pour les patients ayant plus de 6 récurrences par an. Ce traitement préventif ne sera efficace qu’après quelques mois pour obtenir un espacement des poussées.
Rapports protégés si un des partenaires à une poussée herpétique génitale.
 
Un vaccin est en cours d'évaluation, cependant il ne protègera que les gens non encore infectés soit 20 % de la population adulte.

Publié dans maladie infectieuse

Commenter cet article