HEPATITE B : Généralités

Publié le par docteur mailler

 

L'hépatite B peut provoquer des cirrhoses, voire des cancers primitifs du foie.

 

280 000 personnes concernées en France avec 100 à 1500 décès par an.

 

 

 

LE DEPISTAGE doit être réalisé:

  • chez les homosexuels masculins, les hétérosexuels à partenaires multiples, les conjoints des sujets contagieux.

  • Chez les toxicomanes intraveineux, le personnel médical et paramédical, les tatoués, les percings, les patients d'acupuncteur (matériel mal stérilisé), les transfusés.

  • Dans l'entourage d'un sujet contagieux, chez les personnes ayant séjournées longtemps dans un pays à forte endémie, chez les enfants de mère “porteuse chronique” ou ayant une hépatite B aigue.

 

A noter : la population des toxicomanes “intraveineux” est estimée à 160 000 personnes en France, 50% sont porteurs du VHC et 5% du VHB.

 

 

COMPLICATION

Hépatite fulminante 1%

Portage chronique

Cirrhose

Cancers primitifs hépatiques

 

 

EVOLUTION EN 3 PHASES

Phase 1 : immunotolérance, forte réplication virale, fibrose peu ou pas évolutive

Phase 2: faible réplication virale, fibrose d'évolution rapide

Phase 3 : faible réplication virale, rémission, risque de réactivation.

 

La présence d'Ag Hbs sur 2 prélèvements dans le sérum plus de 6 mois définit le portage chronique (Ac HBS absents).

 


L'Ag Hbe, les Ac Hbe, l'ADN VHB sont des marqueurs de la multiplication virale.

 

Il existe une hépatite B Chronique à “virus sauvage” (Ag Hbe présent) et une à “ virus mutant” (Hbe absent).

 

Les porteurs chroniques inactifs (AgHBe absent, transaminases normales) ne nécessitent pas de traitement mais une surveillance (risque de réactivation).

 

TRAITEMENT

L'objectif du traitement est d'obtenir la fin de la réplication virale, l'ADN est alors indetectable.

La biopsie hépatique a sa place pour évaluer l'atteinte hépatique avant le traitement.

La décision de traiter ou non se fait en fonction de l'atteinte hépatique, du taux des transaminases, du taux de charge virale.

Interféron Pégylé

Lamivudine

Adéfovir

Entécavir

Analogues Nucléosidiques : Telbivudine , Ténofovir

 

PREVENTION: LA VACCINATION

Recul de 20 ans : pas de complications sévères dues à la vaccination VHB

VACCINER:

  • les nouveaux-nés de mère “porteuse chronique”

  • les toxicomanes intraveineux

  • les sujets tatoués ou piercés

  • l'entourage d'un “porteur chronique VHB”

  • les patients porteurs du VIH et du VHC

  • les personnes à partenaires sexuels multiples

  • les patients hémodyalisés

  • les personnes résidant ou voyageant dans les pays à forte endémicité du VHB

  • les personnes susceptibles de recevoir des transfusions sanguines massives

  • les détenus

  • les candidats à une transplantation d'organe.

 

Publié dans maladie infectieuse

Commenter cet article