LA LEISHMANOSE

Publié le par docteur mailler

 

La leishmaniose est une maladie chronique à manifestation cutanée et/ou viscérale due à des protozoaires transmis par la piqûre de certaines espèces de phlébotomes.

La leishmaniose est une zoonose commune au chien et à l'homme.

[]La maladie est nommée Bouton d'Orient, Clou de Biskra, Bouton d'Alep, Kala-azar, la fièvre noire, la fièvre à phlébotome, la fièvre Dum-Dum ou espundia.

La leishmaniose viscérale est une forme sévère dans laquelle les parasites ont migré dans les organes vitaux.

Répartition géographique et épidémiologie

La leishmaniose peut être contractée dans de nombreux pays tropicaux et subtropicaux ainsi que sur le pourtour du bassin méditerranéen

Approximativement 350 millions de personnes vivent dans les zones d’endémie.

Plus de 90%  des cas mondiaux de leishmaniose viscérale se rencontrent en Inde, au Bangladesh, au Népal, au Soudan et au Brésil.

En France, la leishmaniose est présente dans tout le Sud du pays, plus particulièrement dans les régions du Sud Ouest mais aussi dans certains départements comme l'Ardèche ou la Côte d'Azure [] et elle tend à gagner en importance.

 []CYCLE PARASITAIRE

 

SIGNES CLINIQUES

La leishmaniose est une maladie à évolution habituellement lente qui peut revêtir plusieurs aspects.

Il existe deux grandes variétés de leishmaniose : la leishmaniose cutanéo-muqueuse et la leishmaniose viscérale.

La LEISHMANIOSE CUTANEE

C'est la forme la plus répandue.

Elle provoque des lésions ulcératives sur le corps qui apparaissent des semaines ou des mois après l'infestation. Elles guérissent habituellement en quelques mois laissant les cicatrices particulièrement inesthétiques.

 Lorsqu'elle est diffuse, la leishmaniose produit des lésions cutanées étendues qui ressemblent à celles de la lèpre et sont particulièrement difficiles à traiter.

Elles sont toutes transmises par la piqûre de phlébotomes infectés, et les réservoirs sont divers et pas toujours bien connus: certaines espèces de rongeurs, de chiens, etc.

Le Bouton d'Orient est une lésion d'inoculation du parasite par le phlébotome. Après 2 semaines d'incubation, apparaît une papule prurigineuse qui s'ulcère puis prend l'aspect d'une furonculose localisée. Cette lésion est indolore et siège sur les parties découvertes du corps (le front par exemple). Le parasite est retrouvé dans le fond des ulcérations, il doit faire l'objet d'une recherche au microscope. Le traitement est local, il consiste en l'injection de Glucantime tout autour de la lésion. Ces injections sont parfois renouvelées une deuxième fois si la lésion est profonde. Elles n'empêchent cependant pas la constitution, plusieurs semaines, mois ou années après, d'une leishmaniose viscérale.


La leishmaniose cutanéo-muqueuse  s'étend aux muqueuses comme la bouche ou les narines.

 

LA LEISHMANIOSE VISCERALE

C'est la forme la plus grave de la maladie.

Elle est habituellement secondaire à une leishmaniose cutanée ou être primitive d'emblée.

 Elle est alors due à deux sous-espèces de Leishmania donovani : L. d. infantum et L. d. donovani, et décrite sous le nom de kala-azar.

Les réservoirs de L. infantum sont le chien, le renard et des autres membres de la famille des canidae; l'homme est le réservoir unique de L. d. donovani. La transmission est essentiellement effectuée par la piqûre de phlébotomes infectés.

 

 La leishmaniose est l'une des causes connue de splénomégalie

.Le tableau clinique caractéristique de la maladie est celui d'une splénomégalie majeure anémiante avec teint cireux et fièvre, qui se constitue en quelques mois d'évolution.

Le diagnostic de certitude est affirmé par l'identification du parasite dans les tissus.

 Plusieurs méthodes sérologiques sont disponibles.

Traitement

Glucantim et Pentostam contiennent de l’antimoine.

Ambisome  en zone de résistance.

La co-infection avec le VIH ou la tuberculose complique la guérison de leishmaniose viscérale

L’Impavido semble également très efficace même en cas de résistance

.La leishmaniose résistante aux médicaments peut répondre favorablement à l'immunothérapie (inoculation d’antigènes du parasite associés à un adjuvant) qui vise à stimuler le système immunitaire du malade pour éliminer le parasite.[]

Aucun vaccin n'est encore disponible en date de 2010

 

La leishmaniose chez le chien

La leishmaniose est une maladie commune au chien et à l'homme.

La transmission du chien à l'homme est possible par l'intermédiaire du phlébotome.

La maladie peut être grave chez l'animal mais certaines espèces vivant en zone d'endémie ont développé une résistance à la maladie et sont des porteurs.

Les symptômes de la maladie dépendent des organes atteints

Les principaux signes qui doivent attirer l'attention chez un chien dont ont sait qu'il a séjourné dans des zones d'endémicité sont :[]

  • Un amaigrissement progressif
  • des lésions cutanées ulcérantes principalement au niveau de la truffe, des oreilles et des coussinets ou une simple dermatite sèche (pellicules) avec chute des poils,
  • Des griffes anormalement longues,
  • Des épistaxis répétées et parfois impressionnantes. Ce sont elles qui amènent généralement le propriétaire à consulter.

Le vétérinaire constatera une augmentation du volume des ganglions, de la rate (splénomégalie) et/ou du foie (hépatomégalie).

D'autres signes sont inconstants :[]

  • Fièvre,
  • Atteinte oculaire avec des yeux rouges, larmoyants et douloureux (kératite, conjonctivite, Kérato-conjonctivite, uvéite)
  • Atteinte rénale particulièrement grave qui se manifeste par une propension de l'animal à boire beaucoup (polydipsie) et, par voie de conséquence, à uriner exagérément (polyurie).

Le diagnostic est confirmé par la découverte du protozoaire dans un prélèvement fait dans le fond des lésions cutanées ou par la sérologie.[]

Le pronostic vital est toujours réservé car le traitement est long, parfois mal supporté par le chien et pas toujours efficace.[]

Le laboratoire Virbac commercialise depuis octobre 2011 CaniLeish ND, vaccin qui confère une protection optimale contre la leishmaniose. La primo vaccination se fait à l'âge de 6 mois et comporte trois injections, toutes les trois semaines, puis un rappel annuel. L'efficacité du vaccin est de 90%.

Publié dans maladie infectieuse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :